samedi 10 janvier 2009

Neige de décembre.



Il faisait froid, un froid dur et sec de décembre.

Dans les ombres mordorées des bois mes skis troublaient la neige parfaite tombée de la nuit. J'étais coiffé de givre et mon souffle puissant et chaud s'exhalait en nuages diaphanes.
Je me sentais si vivant dans l'effort que mon corps et mon cœur à l'unisson m'emportaient toujours plus loin...
Je débouchai sur un plateau.
Le soleil rouge, lentement s'effondrait sur la ligne des crêtes. Des frissons d'ors roses parcouraient les clairières et des flots de champagne ruisselaient sur les ramures des pins. Dans le ciel tendre et serein des voiles d'ambre et de pourpre s'étalaient lentement.
Je m'arrêtai.
Le monde ! Le monde sublime m'envahit peu à peu et sa contemplation m'entraîna si loin dans l'extase que le temps m'échappa.

Quand je revins à moi, le soleil avait basculé derrière la montagne et la nuit naissante déposé sous mes paupières et sur mes joues des perles de glace.



Autrans, il y a longtemps, une année en décembre.

1 commentaire:

PERIN J-B a dit…

Waou, belle plume !!
Très joli petit texte
On en veut encore